Cookies aux flocons d'avoine, au gingembre et au chocolat

Publié le par Aurélie

J’adore le chocolat. Mais pas n’importe lequel hein, il ne me faut ni les barres indigestes au caramel avec lesquels ça repart, ni les deux doigts coupe-faim ou autres… non, moi ce que j’aime, c’est tout simple, c’est le chocolat noir. J’aime aussi celui au lait, ou mieux, le blanc, j’aime également, à petite dose, les fourrés pralinés, mais celui que je préfère, c’est le noir tout court. Je l’apprécie d’autant plus depuis que je sais que le chocolat noir joue un rôle dans la prévention des maladies cardio-vasculaires (grâce à la présence de polyphénols) et que les substances qui le composent (dont la sérotonine, l’endorphine et l’anandamide) ont des vertus apaisantes et anti-stress. Je ne vous ai pas écrit ça de tête, c’est tiré de plusieurs sources d’internet que vous retrouvez facilement en googelisant.

 

J’adore également les biscuits, mais j’en mange peu puisque je n’en achète que rarement, et je n’ai pas toujours le temps d’en faire, même si j’adore ça.

 

Ayant férocement envie de chocolat et de biscuits toute la journée d’hier, me voilà donc en plein dans une spirale infernale dont je ne pouvais m’en sortir… qu’en faisant des biscuits au chocolat, de préférence rapide à faire c’est encore mieux. Et sans beurre, comme j’étais à court, et sans œuf, puisque je n’en avais pas. Autant dire que je me suis torturé les méninges.

 

Pas tant que ça en fait puisque je suis rapidement tombée sur une recette très sympathique, trouvée sur le blog Clea cuisine, que je me suis empressée de reproduire une fois à la maison.

 

C’est la première fois que j’utilise du flocon d’avoine. Sa mauvaise réputation m’a toujours poussé à le nier dans les rayons mais, que soit, j’ai sauté le pas ce jour même. Il va falloir que je me creuse un peu les méninges pour finir la boite… Oserai-je en faire un porridge ? Réponse à venir, quand je me sentirai prête (ou pas) !

 

J’ai adapté la recette suivant mes réserves : j’ai utilisé de la farine de blé traditionnelle et du lait de vache. N’étant pas fana de l’association chocolat-orange mais voulant tout de même une petite note originale, j’ai plutôt utilisé du gingembre (sorti tout droit du congélateur et rapé de suite) à petite dose. Au final, la touche acidulée du gingembre n’est que peu ressortie, ce qui me fait penser que la prochaine fois, j’en mettrai davantage.

 

cookies flocon davoine

 

Pour 12 cookies bien dodus (5-6 cm de diamètre), il vous faut :

 

140 grammes de farine de blé
2 c. à café de levure chimique (comme j’utilise de la farine fermentante, je n’ai pas eu besoin)
80 grammes de sucre de canne blond
80 grammes de flocons d’avoine
80 grammes de pépites de chocolat
30 grammes de gingembre (j’en avais mis 15 grammes mais c’est bien trop peu)
4 c. à soupe d’huile de tournesol
100 ml de lait

 

Préchauffez le four à 180 °C.

Mélangez à la cuillère la farine, la levure si vous en utilisez, le sucre, les flocons et 1 pincée de sel.

Ajoutez le chocolat et le gingembre râpé.

Mélangez et ajouter l’huile et le lait.

Formez avec votre plus grande dextérité et une cuillère les cookies sur la plaque du four recouverte de papier cuisson, enfourner pour 20 minutes environ, tout en surveillant que la base ne se brûle pas (ce qui a failli m’arriver, saleté de vieux four). Dès la sortie du four, décoller les cookies pour qu’ils n’attachent pas au papier, puis laisser refroidir sur une grille

 

Les cookies doivent rester moelleux à la sortie du four. Trop cuits, ils seront également trop secs en refroidissant et même s’ils seront tout de même bons, c’est dommage.

Ils sont tellement bons qu’on se demande même à quoi servent le beurre et l’œuf présents dans la plupart des recettes… Sans gras (à part l’huile, mais le corps a besoin de graisse pour survivre, pas vrai ?) et sans cholestérol : elle est pas belle la vie !

 

Bon appétit !

Publié dans Biscuits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article